vendredi 14 juillet 2017

disparition






Je l'ai retrouvée sur la plage l'on m'a dit c'est le pêcheur parti tôt ce matin qui l'a laissée jamais pourtant je ne l'ai croisé ai imaginé sa remorque pleine de poissons et de coquillages abondance en route incessante à travers la plage seule est restée sa trace ensablée au milieu des algues me suis installée pour guetter fermement son retour





6 commentaires:

  1. Un tel objet, en sa nudité naïve, en sa solitude, appelle un regard quasi extatique "entre" présence et absence, là où la disparition appelle comme une épiphanie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. apparition épiphanie, pur réel alimentant ses histoires, isolée sur la plage que nul ne peut voler mais elle m'est apparue comme si étrange pousse à dire à inventer ou à imaginer...

      Supprimer
  2. oui, une bien étrange - et si concrète! - fabrique&invite à récits

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. concret réel dur qui donne presque une âme réelle aux fictions ! " tout ça n'est peut-être pas si faux !" disait Valéry ;-))))

      Supprimer
  3. Partagé sur Facebook (avec ta permission, comme un cadeau à mes amis amateurs de photo et de poésie)
    https://www.facebook.com/rene.thibaud.9/posts/1632452276772981

    RépondreSupprimer