lundi 20 novembre 2017

entre les pierres





entre les pierres
le vent
les graminées

bruits d'hiver
à raz-de-terre
murmure l'eau

sans âge
si ce n'est
celui du présent
 
contre la grille
l'eau
les nuages s'amassent





4 commentaires:

  1. Ce que je ressens à contempler cette image est qu'un bleu si doux ne peut être de fermeture; les pierres friables et moussues font commun accord et les interstices ouvrent le passage aux herbes et au lierre. Je m'imagine poussant la grille qui grince et pénétrant dans le jardin ensauvagé du temps. Entre...sans...contre...lient/délient images visuelles et auditives...vent, graminées, murmures d'eau. Le présent insiste. Bonne journée Huê.:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la grille qui grince présence pérenne tangible c'est le frère de Colette qui lui disait qu'en revenant à la maison, chez Sido, il avait constaté que le portail avait été graissé ;-)

      bonne journée chère Noëlle

      Supprimer
  2. Il y a toujours beaucoup de bonheur (réel ou rêvé) quand la fragilité et la solidité s'allient. Comme la pierre et le végétal, l'air et la grille. Il me semble que je peux rester très longtemps à contempler cet endroit (même en photo) sans jamais que la grille ne s'ouvre, car ce n'est pas un passage pour nous, mais pour le vent, les graminées, le soleil et l'ombre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. d'autant que la porte est souvent fermée et les herbes montrent que personne n'y passe surtout en ce moment...

      Supprimer