mardi 9 juin 2020

des ronds dans l'eau






nuages encore
du matin au soir
 ont hoché la tête
du fond de l'eau du fond de l'eau

dimanche 7 juin 2020

nom jardin prénom du pin




 



nom  : jardin
prénom : du pin
date de naissance : 1730 ?

le vent
une journée entière
dans les arbres

un moineau épuisé
au milieu 
d'une troupe d'enfants ( issa)

fraîcheur tiédeur
hésitations
rhodopivoines



fenêtres sur eau

 
 


à chaque pétale 
petits bonheurs
essaims détails 
nervures d'eau





samedi 6 juin 2020





 



fouillis fouillas
traces mémoire
fougères verdures
boucles spirales
si éphémères
encourbes fraîcheurs
matin si calme
sores et spores
revers de frondes
bonjour


samedi 30 mai 2020

par dessus l'épaule





 
 


blancheurs
fraîcheurs
c'est le printemps

présences
présences
toutes en silence

le vent
les arbres
par dessus l'épaule





samedi 23 mai 2020

regards escargot





 





nuages
pétales
et tous ces bourdons

l'escargot
pas un regard
pour la fleur rouge ( issa )

sous les nuages
colimaçons
train d'escargots

nous sommes vivants
simplement moi 
et le coquelicot ( issa)

vendredi 22 mai 2020

dialogues oiseaux




 




clairs
si clairs
je les ai guettés

c'est 
la voix claire
de l'enfant monde

doublures
grenouilles 

pluiepluie
floc floc

déjà déjà


mercredi 20 mai 2020

hasards rescapés





hasards
pérennes
rescapés

"Quand vous avez un noeud à vos lacets de chaussures
Vous devez vous incliner pour le dénouer" ( la voie du Tao)

fragrances
douceurs à raz de terre
souffle du monde








lundi 18 mai 2020

miscellanées pétales




goutte à goutte
le temps

miscellanées
au creux des mains

pétales ourlées 
bulles en chemin


brume matin









fraîcheurs
inentamées
lumières douceurs
fragrances


voie et voix du fleuve
en son chemin









lundi 11 mai 2020

abreuvoir matin



 




attablées
dégustant 
goutte à goutte

silence
sur la pierre 
soleil mouillé


dimanche 10 mai 2020

perles lumière



 


la rosée s'égoutte
pour un peu l'on voudrait rincer
le monde flottant ( basho)

hospitalité
entre deux pétales
rendez-vous matin

vous me demandez
où se trouve 
ma demeure ,
à l'est du pont
au-dessus du fleuve d'étoiles ( ryokan)

au-dessus
son souvenir toujours présent
elles ont refleuri

matin
fraîcheur
le devenir du monde






vendredi 8 mai 2020

frémissements matière










empreinte mémoire
sont-ils devenus
frémissements nature
réconciliation matière

jeudi 7 mai 2020

mercredi 6 mai 2020

vendredi 24 avril 2020

l'indulgence pour l'inconciliable



Pour
" l'indulgence pour l'inconciliable entre le corps et l'esprit "
http://www.extemporalitas.org/diario-inutile-9/

" la cueillir quel dommage
la laisser quel dommage
cette violette " ( Naojo)

un pétale
puis deux...
bruits blancs dans le vent

glace et eau
leur différence résolue
de nouveau sont amies ( Teishitsu)

la pluie
continue
rien d'autre aujourd'hui





samedi 18 avril 2020

dialogues fragments avec" le journal inutile"







Le mensonge et la tromperie étaient-ils les seules vérités de soi jamais mises en place. Vécu. L'histoire demeure et une empreinte calcinée sur le mur du Présent. Un cadre d'époque. Presque un ennemi des temps qui avaient assumé le présent dans un paradigme existentiel. Presque une nécessité absolue 
http://www.extemporalitas.org/diario-inutile-8/

Soudain, il n'y a pas d'échappatoire. D'eux-mêmes. Du mensonge. De l'évidence de notre histoire. La solitude et le silence, que nous pensions aux moines, aux mystiques et aux poètes, sont soudainement les hôtes indiscrets et indésirables de notre férocité. Arrivé par contrainte et non par vocation, comme c'était pour toute une vie et toujours pour les mystiques, pour les moines, pour certains poètes.
http://www.extemporalitas.org/diario-inutile-8/


sur la terre comme au ciel
les cerisiers fleurissent
et moi je tousse ( nomiyama asuka )

leur attente tous les ans
éphémères 
simples sont vos noms