lundi 9 avril 2018

Maulevrier avril









dans l'eau que je puise
scintille le début 
du printemps
( Ringai )

ce vent
encore frais
rafale ses pétales

de quel air revêche
elle me regarde
la grenouille
( Issa)

solidaires
fraternels
tous ces cerisiers printemps

dans les jeunes herbes
le vieux saule
oublie ses racines
( Buson)

herbe si tendre
tu me fais oublier
le chemin






7 commentaires:

  1. Magnifique bal(l)ade printanière en photos et mots; j'aime particulièrement la naïve barrière en bordure d'eau et la grenouille d'Issa. Ici, l'herbe est devenue garde-manger des oiseaux qui ont auparavant épuisé les boules de graisse accrochées aux arbres. Moins de succès à nos fenêtres bordelaises!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci chère Noëlle, cela m'a fait tellement d'oxygène de m'y promener, merci de ce partage ! belle journée à vous

      Supprimer
  2. Promenade en beauté, si paisible et si pleine de petites surprises !

    RépondreSupprimer
  3. le parc est toujours magnifique et les jardiniers japonais et français qui s'y relaient disent une fraternité d'un regard nature qui rend sensible une fraternité humaine
    merci de ce partage cher René

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà donc l'explication de ces surprises au gré des pas...

      Supprimer